Agri53
Accueil > Actualités

« Frankenburger » : Entre apprenti-sorcier et bonimenteur

Pauline COLLET GASTINEL
Le 08/08/2013 à 09:02 I Soyez le 1er à déposer un commentaire

La FNB réagit à la médiatisation de la dégustation d'un steak produit artificiellement en laboratoire.

Communiqué de presse de la Fédération Nationale Bovine : Des chercheurs ont présenté hier à Londres, à grand renfort de médiatisation, un ersatz de steak, fabriqué artificiellement « in vitro », en prétendant pouvoir proposer dans les années futures aux consommateurs une viande « normale » apportant une réponse écologique pour la planète. Les éleveurs de viande bovine sont particulièrement choqués par ces expériences d´apprenti-sorcier, et par la mise en scène et l´ultra-médiatisation qui l´accompagnent. Ils sont aussi ulcérés de constater qu´une nouvelle fois leur activité est décriée sur des bases totalement infondées. Concernant la fabrication de ce faux-steak (qui mérite bien son surnom de « Frankenburger »), rappelons au passage la recette utilisée selon les indications fournies par les chercheurs : les cellules souches sont développées en incubateur dans un « milieu de culture » mélangeant acides aminés, sucre, facteurs de croissance, hormones et sérum foetal de veau. Est-ce là un produit en correspondance avec les attentes et exigences des consommateurs pour un produit sain et naturel, et non-industriel ?!... Et autant dire que si un tel processus de fabrication était engagé, on ne maitriserait rien de ce que serait au final mis à macérer dans ces cuves d´incubation. Le pire est que ces apprenti-sorciers de l´alimentation se parent de tous les « bénéfices écologiques », en diffusant un tissu de contre-vérités sur le bilan environnemental de l´élevage pour mieux masquer la dérive insensée de leurs expérimentations. Il est faux de dire que 15.000 litres d´eau sont nécessaires pour produire un kg de boeuf (c´est seulement 3 à 4% de ce volume). Il est faux de dire que l´élevage émet 18% des gaz à effets de serre (c´est moitié moins ave le stockage de carbone dans les prairies, ainsi que le reconnait la FAO, et c´est sans compter les effets positifs de l´élevage bovin sur le maintien de la biodiversité, la qualité des paysages,...). Il est faux de dire que l´élevage bovin mobilise 70% des terres, comme si les surfaces d´herbe concurrençaient l´alimentation humaine. La FNB s´élève contre toutes ces falsifications et rappelle l´enjeu majeur de l´emploi lié au maintien de l´activité d´élevage sur les territoires. Elle demande que soit prise en compte la réalité des exploitations d´élevage en France, fondées sur des systèmes de production liés au sol, avec un savoir-faire des éleveurs assurant une production de qualité dans le respect de l´ensemble des normes sanitaires, environnementales et de bien-être des animaux. Fait à Paris, le 6 août 2013



   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri53.fr
DERNIERES NEWS